Une attaque de drone contre l'aéroport du sud de l'Arabie saoudite fait huit blessés (Coalition)

[ad_1]

RIYAD (AFP) – Une attaque de drones sur l'aéroport d'Abha en Arabie saoudite a blessé huit personnes mardi 31 août, a annoncé la coalition dirigée par l'Arabie saoudite qui combat les rebelles houthis au Yémen voisin.

Suite à une attaque signalée précédemment, "un deuxième drone tentant d'attaquer l'aéroport international d'Abha a été intercepté et abattu", a indiqué la coalition dans un communiqué diffusé par la chaîne de télévision officielle du royaume Al-Ekhbariya.

"Huit personnes ont été blessées et un avion civil a été endommagé, selon les premières informations", a-t-il ajouté.

La coalition a déclaré que la deuxième attaque contre l'aéroport "constitue un crime de guerre" après avoir intercepté un drone piégé plus tôt dans la journée.

Dans un deuxième communiqué, la coalition a indiqué que parmi les blessés figuraient un ressortissant saoudien, un Népalais, trois Indiens et trois Bangladais, dont un dans un état critique.

La coalition a également déclaré avoir lancé une opération militaire visant une rampe de lancement utilisée dans la capitale yéménite Sanaa – sous contrôle rebelle depuis 2014 – qui a été utilisée pour mener l'attaque d'Abha. Il a ajouté qu'il "a détruit les éléments terroristes responsables de l'attentat".

Selon Al-Ekhbariya, après que la coalition ait intercepté la première attaque, des éclats d'obus ont touché des parties de l'aéroport près de la piste.

Il a ajouté que les vols avaient été temporairement interrompus "pour assurer la sécurité des avions entrants et sortants, ainsi que des civils à l'aéroport". Les rebelles n'ont pas encore commenté l'incident.

Les États-Unis ont condamné l'attaque, le secrétaire d'État Antony Blinken appelant les Houthis à « respecter un cessez-le-feu et à engager des négociations sous les auspices de l'ONU ».

L'Arabie saoudite est intervenue dans la guerre au Yémen au nom du gouvernement internationalement reconnu en 2015, peu de temps après que les Houthis se sont emparés de Sanaa.

Les insurgés alliés à l'Iran ont ciblé à plusieurs reprises le royaume lors d'attaques transfrontalières. En août, les rebelles ont intensifié ces opérations, utilisant des drones et des missiles.

Le conflit acharné au Yémen a fait des dizaines de milliers de morts et déplacé des millions de personnes, entraînant ce que les Nations Unies appellent la pire crise humanitaire au monde.

Alors que l'ONU pousse pour la fin de la guerre, les Houthis ont exigé la réouverture de l'aéroport de Sanaa, fermé sous blocus saoudien depuis 2016, avant tout cessez-le-feu ou négociations.

Le nouvel envoyé spécial de l'ONU pour le Yémen, Hans Grundberg, prendra officiellement ses fonctions le 5 septembre.

[ad_2]