Un missile intercepté au-dessus de la région pétrolière saoudienne fait deux blessés et endommage un bâtiment

[ad_1]

DUBAI (REUTERS) – Deux enfants ont été blessés et des bâtiments ont été endommagés lorsqu'un missile balistique a été intercepté au-dessus de la région orientale de l'Arabie saoudite, riche en pétrole, samedi 4 septembre, a annoncé le ministère de la Défense.

Le missile a été intercepté au-dessus d'une banlieue de la ville de Dammam, avec des éclats d'obus épars blessant deux enfants saoudiens et causant de légers dégâts à 14 maisons, selon le communiqué diffusé par l'agence de presse officielle SPA.

Des photos diffusées par les médias d'État montraient du verre brisé et des entrées endommagées de quelques immeubles résidentiels.

La coalition militaire dirigée par l'Arabie saoudite a imputé l'attaque aux forces houthies alignées sur l'Iran. Il n'y a eu aucune revendication immédiate de responsabilité dans les médias dirigés par les Houthis.

La coalition a également déclaré avoir intercepté et détruit des missiles balistiques se dirigeant vers Jazan et Najran dans le sud du pays. Il a signalé plus tôt l'interception de trois drones chargés d'explosifs se dirigeant vers le royaume.

L'est de l'Arabie saoudite abrite d'importantes infrastructures pétrolières qui ont déjà été la cible d'attaques aériennes. Une attaque en septembre 2019 contre deux usines d'Aramco dans l'est a temporairement détruit la moitié de la production pétrolière du pays.

Les Houthis du Yémen, qui lancent régulièrement des drones et des missiles dans le royaume, ont revendiqué plusieurs attaques contre des installations pétrolières saoudiennes dans le passé.

Une source proche du dossier a déclaré qu'il n'y avait eu aucun impact sur les installations appartenant au géant pétrolier contrôlé par l'État Saudi Aramco et que l'attaque s'était produite à l'extérieur des installations d'Aramco.

"Le ministère de la Défense prendra les mesures nécessaires et dissuasives pour protéger ses terres et ses capacités, et arrêtera ces attaques hostiles et transfrontalières pour protéger les civils, conformément au droit international humanitaire", a déclaré le ministère.

La coalition est intervenue au Yémen en 2015, en soutenant les forces du gouvernement déchu du président Abd-Rabbu Mansour Hadi qui combattent les Houthis.

[ad_2]