Pèlerinage du Haj en Arabie Saoudite : un regard sur l'un des plus grands rassemblements religieux au monde

[ad_1]

La MECQUE, ARABIE SAOUDITE (AFP) – Le pèlerinage annuel du haj, l'un des cinq piliers de l'islam, dĂ©butera samedi 17 juillet avec seulement 60 000 rĂ©sidents saoudiens vaccinĂ©s autorisĂ©s Ă  participer cette annĂ©e en raison de la pandĂ©mie de coronavirus.

Pour la deuxième année consécutive, les musulmans de l'étranger ont été exclus du haj, qui a attiré 2,5 millions de pèlerins en Arabie saoudite en 2019 avant que le virus ne frappe.

Tous les musulmans doivent accomplir le haj Ă  la Mecque – d'oĂą les non-musulmans sont strictement interdits – au moins une fois dans leur vie s'ils en ont les moyens.

Les croyants convergent vers la ville sainte pour plusieurs jours de rituels au cours desquels ils retracent le dernier pèlerinage du prophète Mahomet.

Voici un aperçu des cérémonies de ce qui serait généralement l'un des plus grands rassemblements religieux au monde.

VĂŞtements blancs

Les pèlerins doivent d'abord entrer dans un état de pureté, appelé ihram, ce qui nécessite une tenue et un comportement particuliers.

Les hommes portent un vêtement blanc sans couture semblable à un linceul qui met l'accent sur l'unité, quel que soit le statut social ou la nationalité.

Les femmes doivent porter des robes amples, souvent blanches aussi, n'exposant que leur visage et leurs mains.

Les pèlerins ne sont pas autorisés à se disputer ou à se chamailler et il leur est interdit de se parfumer, de se couper les ongles ou de se tailler les cheveux ou la barbe.

Les rituels commencent

Le premier rituel nécessite de marcher sept fois autour de la Kaaba, la grande structure cubique noire au centre de la Grande Mosquée de La Mecque.

Fabriquée en granit et drapée de tissu, la Kaaba mesure près de 15 m de haut.

Les musulmans se tournent vers la Kaaba pour prier, peu importe où ils se trouvent dans le monde. La structure aurait été érigée pour la première fois par Adam puis reconstruite par Abraham il y a 4 000 ans.

Les pèlerins marchent ensuite sept fois entre deux points de pierre dans la mosquée.

Ils se dirigent ensuite vers Mina, à environ 5 km, avant le rite principal du pèlerinage au mont Arafat.

Mont arafat

Le point culminant du haj est le rassemblement sur le mont Arafat, à environ 10 km de Mina, où l'on pense que le prophète Mahomet a prononcé son dernier sermon.

Les pèlerins se rassemblent sur la colline de 70 m de haut et sa plaine environnante pour des heures de prières et de récitals du Coran, y restant jusqu'au soir.

Après le coucher du soleil, ils se dirigent vers Muzdalifah, à mi-chemin entre Arafat et Mina, où ils rassemblent plusieurs dizaines de cailloux afin de pouvoir effectuer la symbolique « lapidation du diable ».

"Lapider le diable"

Le dernier grand rituel du haj est de retour à Mina, où les pèlerins jettent sept pierres sur chacun des trois immenses murs de béton représentant Satan.

Le rituel est une émulation de la lapidation du diable par Abraham aux trois endroits où il est dit que Satan a essayé de le dissuader d'obéir à l'ordre de Dieu de sacrifier son fils, Ismaël.

Après la première lapidation, la fête du sacrifice de l'Aïd al-Adha commence, marquant la fin du haj.

Les moutons sont abattus, en référence à l'agneau que Dieu a fourni pour le sacrifice à la place d'Ismaël, lors d'une cérémonie qui se tient en même temps dans le monde entier.

Les hommes se rasent ensuite la tête ou se coupent les cheveux tandis que les femmes coupent leurs mèches du bout des doigts.

Les pèlerins peuvent ensuite remettre leurs vêtements normaux, revenir pour faire le tour de la Kaaba et terminer leurs rituels de jets de pierres avant de rentrer chez eux.

Quatre autres piliers

Le haj est le dernier pilier de l'Islam. Les quatre autres piliers essentiels sont : la profession de foi ; prières quotidiennes; l'aumône et le jeûne de l'aube au crépuscule pendant le mois sacré du Ramadan.


Incidents et catastrophes passés

Il s'agit du pèlerinage le plus sacré de l'Islam, mais le haj à La Mecque en Arabie saoudite a été en proie à des catastrophes meurtrières allant de bousculades aux attaques de militants au cours des dernières décennies.

Pourtant, la dernière fois que le pèlerinage a été carrément annulé, c'était en 1798, lorsque Napoléon Bonaparte a envahi l'Égypte.

La pandémie de coronavirus a cependant contraint le royaume à réduire radicalement l'événement de l'année dernière à seulement 10 000 personnes, loin des 2,5 millions de croyants qui y ont participé l'année précédente.

Au haj de cette année qui débutera samedi, quelque 60 000 résidents saoudiens vaccinés seront autorisés à participer.

Voici quelques incidents récents qui ont entaché le rite vieux de 12 siècles :

Les bousculades

24 septembre 2015 : Une bousculade lors du rituel de "lapidation du diable" à Mina, près de La Mecque, tue jusqu'à 2 300 fidèles lors de la pire catastrophe de haj jamais connue.

Cela survient après que plus de 100 personnes ont été tuées et des centaines de blessées, dont de nombreux étrangers, lorsqu'un temps orageux a renversé une grue sur la Grande Mosquée de La Mecque moins de deux semaines avant le pèlerinage.

Le personnel d'urgence saoudien se tient près des corps des pèlerins du Hajj sur le site où au moins 717 personnes ont été tuées lors d'une bousculade à Mina le 25 septembre 2015. PHOTO : AFP

12 janvier 2006 : Quelque 364 pèlerins meurent dans une bousculade lors du rituel de lapidation de Mina, au cours duquel les participants au haj jettent des cailloux sur trois pierres tombales pour symboliser leur rejet de Satan.

Cela fait suite Ă  l'effondrement d'un hĂ´tel une semaine plus tĂ´t dans le centre-ville, qui a fait 76 morts.

L'année précédente, trois pèlerins sont morts écrasés dans une bousculade le 22 janvier lors de la cérémonie de la lapidation.

1er février 2004 : 251 personnes meurent après une énorme bousculade lors de la cérémonie de lapidation le 1er février.

9 avril 1998 : Plus de 118 personnes sont tuées et 180 blessées dans une bousculade à Mina.

24 mai 1994 : Au cours de la lapidation de Mina, une bousculade tue 270 personnes, les autorités accusant « un nombre record » de pèlerins.

2 juillet 1990 : La défaillance d'un système de ventilation du tunnel déclenche une énorme bousculade qui tue 1 426 pèlerins, principalement d'Asie.


Les forces de sécurité et les médecins se rassemblent sur un site à la suite d'une bousculade à l'entrée est du pont de Jamarat le 12 janvier 2006. PHOTO : AFP

Attaques

10 juillet 1989 : Une double attaque à l'extérieur de la Grande Mosquée fait un mort et 16 blessés. Quelques semaines plus tard, 16 chiites koweïtiens sont reconnus coupables et exécutés.

20 novembre 1979 : Des centaines d'hommes armés opposés au gouvernement saoudien se barricadent à l'intérieur de la Grande Mosquée de La Mecque, prenant en otage des dizaines de pèlerins. Le bilan officiel de l'assaut et des combats qui ont suivi est de 153 morts et 560 blessés.

Manifestations

31 juillet 1987 : Les forces de sécurité saoudiennes répriment une manifestation non autorisée de pèlerins iraniens le 31 juillet au cours de laquelle plus de 400 personnes, dont 275 Iraniens, sont tuées, selon un bilan officiel.


Des secouristes saoudiens travaillent sur le site d'un vieux bâtiment effondré près de la Grande Mosquée de la ville sainte de La Mecque, le 5 janvier 2006. PHOTO : AFP

Enfers

15 avril 1997 : Un incendie le 15 avril causé par une cuisinière à gaz déchire un camp abritant des pèlerins à Mina, tuant 343 personnes et en blessant environ 1 500.

7 mai 1995 : Trois personnes meurent et 99 sont blessées dans un incendie au camp de Mina.

Décembre 1975 : Un énorme incendie déclenché par une autre bonbonne de gaz qui explose dans un camp de pèlerins près de La Mecque tue 200 personnes.

[ad_2]