L’OMS avertit que l’Europe est toujours en danger alors que les pays assouplissent les mesures de lutte contre le virus

Alors que le nombre de cas confirmés de coronavirus en Europe avoisine le million, les pays devraient être prudents lorsqu’ils envisagent d’assouplir les mesures de confinement, a mis en garde jeudi l’Organisation mondiale de la santé.

S’exprimant lors d’une séance d’information en ligne, le directeur européen de l’OMS Hans Kluge a déclaré qu’au cours des dix derniers jours, le nombre de cas de coronavirus signalés en Europe a presque doublé pour atteindre près d’un million, ce qui signifie qu’environ la moitié de la charge mondiale de la pandémie de COVID-19 se trouve en Europe.

« Les nuages de cette pandémie pèsent toujours lourdement sur la région européenne », a-t-il déclaré.

L’Europe est le continent le plus durement touché par l’épidémie de coronavirus, avec 957 551 cas de coronavirus et 91 978 décès au 17 avril, selon un décompte du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC).

Les pays qui comptent le plus grand nombre de décès liés aux coronavirus sont l’Italie avec 22 172, l’Espagne avec 19 130, la France avec 17 920, le Royaume-Uni avec 13 729 et la Belgique avec 4 857 décès.

Depuis l’apparition du COVID-19, plus de deux millions de personnes ont été infectées par la maladie dans le monde et plus de 145 000 en sont mortes.

Alors que plusieurs pays ont déjà annoncé des plans pour commencer à lever le verrouillage du coronavirus, dont l’Allemagne, le Danemark et l’Espagne, le directeur régional de l’OMS a déclaré qu’il était essentiel de comprendre la complexité et l’incertitude d’une telle transition.

« Les gens se demandent à juste titre : combien devons-nous supporter ? Et pour combien de temps ? En réponse, nous, les gouvernements et les autorités sanitaires, devons trouver des réponses pour déterminer quand, dans quelles conditions et comment nous pouvons envisager une transition sûre », a-t-il noté.

M. Kluge a déclaré qu’avant de prendre des mesures pour alléger les mesures de confinement, les pays devraient d’abord s’assurer, entre autres, que la transmission du virus est sous contrôle, que les risques d’épidémie sont minimisés et que les systèmes de santé ont la capacité d’identifier, de tester, de tracer et d’isoler les cas de COVID-19.

Nous restons dans l’œil de la tempête », a-t-il averti, ajoutant que les prochaines semaines seront « critiques » pour l’Europe.