L'Iran rejette les sanctions américaines contre les Iraniens pour un complot présumé d'enlèvement

[ad_1]

TEHERAN (REUTERS) – L'Iran a rejeté samedi 4 septembre les nouvelles sanctions américaines contre quatre Iraniens pour un complot présumé visant à kidnapper un journaliste irano-américain, affirmant que cette décision reflète la "dépendance aux sanctions" de Washington.

Le département du Trésor américain a sanctionné vendredi les quatre hommes, affirmant qu'ils étaient des agents du renseignement à l'origine de l'échec du complot.

"Les partisans et marchands de sanctions, qui voient leur boîte à outils de sanctions vide en raison de la résistance maximale de l'Iran, ont désormais recours à des scénarios hollywoodiens pour maintenir les sanctions en vie", a déclaré le ministère des Affaires étrangères dans un tweet, citant le porte-parole Saeed Khatibzadeh.

"Washington doit comprendre qu'il n'a pas d'autre choix que d'abandonner sa dépendance aux sanctions et de respecter l'Iran", a-t-il déclaré.

Les sanctions interviennent après que les procureurs américains ont accusé en juillet les quatre hommes de complot en vue d'enlever un journaliste basé à New York qui critiquait Téhéran. Reuters avait précédemment confirmé qu'elle était la journaliste irano-américaine Masih Alinejad.

L'Iran à l'époque a qualifié le complot présumé de "ridicule et sans fondement".

Les personnes sanctionnées sont Alireza Shahvaroghi Farahani, haut responsable du renseignement basé en Iran, et les agents du renseignement iranien Mahmoud Khazein, Kiya Sadeghi et Omid Noori, a indiqué le département du Trésor.

Les sanctions bloquent tous les biens des quatre aux États-Unis ou sous contrôle américain, et interdisent toute transaction entre eux et des citoyens américains.

D'autres non-Américains qui effectuent certaines transactions avec les quatre pourraient également être soumis à des sanctions américaines, a indiqué le département.

[ad_2]