Les Israéliens protestent alors que l'augmentation des cas de Covid-19 déclenche de nouvelles règles

[ad_1]

TEL AVIV (AFP) – Plusieurs centaines d'Israéliens ont manifesté samedi 31 juillet à Tel Aviv contre les nouvelles restrictions et vaccins contre le coronavirus alors que les cas positifs et les hospitalisations ont atteint des niveaux jamais vus depuis des mois.

Le ministère de la Santé a signalé samedi que 2 435 nouveaux cas de Covid avaient été enregistrés la veille – le nombre le plus élevé depuis mars – entraînés par la variante Delta, plus contagieuse.

Il y a eu 326 hospitalisations, le plus élevé depuis avril, bien que bien en deçà du pic de janvier, lorsque plus de 2 000 personnes étaient hospitalisées chaque jour.

Ces derniers jours, Israël a déployé un vaccin de rappel pour les personnes âgées, réimposé les exigences en matière de masques à l'intérieur et rétabli les restrictions de « laissez-passer vert » exigeant des certificats de vaccin pour entrer dans des espaces clos tels que des gymnases, des restaurants et des hôtels.

L'augmentation des infections est un pas en arrière après que la campagne de vaccination de premier plan d'Israël a fait passer les nouveaux cas de Covid-19 de 10 000 par jour à moins de 100.

Les manifestants ont brandi samedi une banderole qui disait: "Il n'y a pas de pandémie, c'est une arnaque." Ils ont brandi des pancartes dénonçant les vaccins contre les coronavirus, avec une affiche reliant les vaccins aux nazis.

Le ministre de la Santé, Nitzan Horowitz, a déclaré samedi à la chaîne de télévision israélienne Channel 12 qu'il avait l'intention d'équilibrer la santé publique avec les moyens de subsistance.

"L'économie doit rester ouverte", a-t-il déclaré.

"Je ne veux pas imposer un confinement et j'éviterai un confinement à tout prix. Tout est ouvert – mais nous avons besoin de masques et nous avons besoin de vaccins."

Près de 60% des 9,3 millions d'Israéliens ont reçu deux injections, principalement avec le vaccin Pfizer / BioNTech.

Mais environ un million d'Israéliens refusent toujours de se faire vacciner même s'ils sont éligibles.

À partir de dimanche, certains enfants âgés de cinq à 11 ans à risque de complications de santé deviendront éligibles aux vaccins.

[ad_2]