Le monde offre son soutien et ses condoléances au Liban après les explosions dévastatrices à Beyrouth

[ad_1]

BEYROUTH (AFP, REUTERS, XINHUA) – Des alliés proches et des adversaires traditionnels du Liban ont rendu hommage mardi 4 août aux victimes de deux explosions massives et meurtrières à Beyrouth, alors que les condoléances et les offres d'aide affluaient.

Le Premier ministre libanais Hassan Diab a appelé les «pays amis» à soutenir le pays déjà sous le choc de sa pire crise économique depuis des décennies ainsi que de la pandémie de coronavirus.

Le chef de l'ONU Antonio Guterres a exprimé ses "plus sincères condoléances … suite aux terribles explosions à Beyrouth" qui, selon lui, avaient également blessé certains membres du personnel des Nations Unies.

Le président américain Donald Trump a déclaré que "cela ressemble à une attaque terrible" et que les généraux américains lui avaient dit que les puissantes explosions semblaient avoir été causées par une "bombe quelconque", sans apporter de preuves.

Le secrétaire d'État Mike Pompeo a tweeté que "nous surveillons et sommes prêts à aider le peuple libanais alors qu'il se remet de cette horrible tragédie".

Dans la région, les pays du Golfe ont été parmi les premiers à réagir, le Qatar promettant d'envoyer des hôpitaux de campagne pour soutenir la réponse médicale.

Le dirigeant du Qatar, l'émir Cheikh Tamim bin Hamad Al-Thani a souhaité "un prompt rétablissement pour les blessés", tandis que le vice-président des Émirats arabes unis et dirigeant de Dubaï, le cheikh Mohammed bin Rashid Al-Maktoum, a tweeté "nos condoléances à notre peuple bien-aimé au Liban ".

Le Koweït a déclaré qu'il enverrait également une aide médicale d'urgence.

L'Egypte a exprimé sa "profonde inquiétude" face à la destruction et le chef de la Ligue arabe, Ahmed Aboul Gheit, a présenté ses condoléances, soulignant "l'importance de découvrir la vérité sur les explosions".

Et dans un geste inhabituel, Israël voisin a offert une aide humanitaire – à un pays avec lequel il est encore techniquement en guerre.

"Le ministre de la Défense Benny Gantz et le ministre des Affaires étrangères Gabi Ashkenazi, au nom de l'Etat d'Israël, ont offert au gouvernement libanais – via des intermédiaires internationaux – une aide médicale et humanitaire, ainsi qu'une aide d'urgence immédiate", indique un communiqué.

Le président iranien Hassan Rouhani a également proposé d’envoyer une aide médicale au Liban et de soigner les personnes blessées dans l’explosion.

"L'Iran annonce qu'il est prêt à envoyer une aide médicale au Liban et propose également des soins aux blessés et toute autre assistance médicale nécessaire", a déclaré Rohani, selon la télévision d'Etat.

«Nous espérons que les circonstances de cet incident seront déterminées dès que possible et que la paix reviendra à Beyrouth.

'RESTEZ FORT, LIBAN'

Le ministre jordanien des Affaires étrangères, Ayman Safadi, a déclaré qu'Amman était prêt à fournir toute l'aide dont le Liban avait besoin, tandis que l'Iran a déclaré qu'il était "tout à fait prêt à apporter l'aide de toutes les manières nécessaires".

«Nos pensées et nos prières accompagnent le grand peuple résilient du Liban», a tweeté le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif.

"Restez fort, Liban."

En dehors de la région, le Premier ministre indien Narendra Modi a exprimé mercredi son choc et sa tristesse face à l'explosion et a offert ses pensées et sa prière aux victimes.

"Choqué et attristé par la grande explosion dans la ville de Beyrouth qui a entraîné des pertes en vies humaines et en biens. Nos pensées et nos prières vont aux familles endeuillées et aux blessés", a-t-il déclaré sur Twitter.

Le président Vladimir Poutine a déclaré que "la Russie partage la douleur du peuple libanais", selon un communiqué du Kremlin.

"Je vous demande de transmettre des paroles de sympathie et de soutien aux familles et amis des victimes, ainsi que vos souhaits de prompt rétablissement à toutes les personnes touchées."

Washington a dit que cela aussi aiderait.

"Nous présentons nos plus sincères condoléances à toutes les personnes touchées et nous sommes prêts à offrir toute l'assistance possible", a déclaré un porte-parole du département d'État.

Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a déclaré que le pays était "prêt à fournir une assistance en fonction des besoins exprimés par les autorités libanaises".

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a qualifié les photos et vidéos de Beyrouth de "choquantes".

"Toutes mes pensées et mes prières vont à ceux qui sont impliqués dans ce terrible incident", a-t-il écrit sur Twitter.

"Le Royaume-Uni est prêt à apporter son soutien de toutes les manières possibles, y compris aux ressortissants britanniques concernés."

Le ministre britannique de l'Education, Nick Gibb, a déclaré mercredi qu'il était trop tôt pour spéculer sur la cause de l'explosion massive, déclarant: "Les autorités libanaises enquêtent bien sûr sur la cause de cette tragédie et avant que nous ayons les résultats de cette enquête, c'est prématuré de spéculer. "

Il a également déclaré à Sky News, ajoutant que la Grande-Bretagne discutait de l'assistance technique et financière qui pourrait être offerte au Liban.

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a écrit sur les réseaux sociaux pour dire: "Nous pensons à tous ceux qui ont été blessés dans cette tragique explosion, ainsi qu'à ceux qui tentent de retrouver un ami ou un membre de leur famille ou qui ont perdu un être cher. Nous sommes prêt à vous aider. "


[ad_2]