Le directeur de l’Association européenne des journalistes critique l’UE pour sa réaction tardive à la pandémie

[ad_1]

Lors de sa participation à la série COVID-19 Livestream de New Europe, Otmar Lahodynsky, le président de l’Association des journalistes européens, a évoqué les défis actuels de la pandémie en cours et a sévèrement critiqué l’UE pour sa lenteur à réagir à l’épidémie.

« Nous avons tous sous-estimé l’ampleur de cette pandémie. Nous avons des experts en Europe et nous avons ce Centre européen de prévention et de contrôle des maladies. Ils n’ont pas donné un véritable avertissement. Ils viennent de publier des statistiques », a déclaré Lahodynsky, qui a également pointé du doigt Janez Lenarcic, le commissaire européen chargé de la gestion des crises, pour la « très mauvaise gestion ».

« Je suis désolé de dire qu’il est diplomate et ancien politicien en Slovénie, mais il aurait été de son devoir d’avertir tous les Etats membres – hé, il y a quelque chose qui se prépare, s’il vous plaît regardez les fournitures médicales, peut-être commencer la production en particulier de ces appareils respiratoires qui sont maintenant dans le besoin », a mentionné Lahodynsky. « Nous avons perdu un temps précieux, nous avons perdu plusieurs semaines », a-t-il ajouté.

La crise COVID-19 a mis en lumière de nombreux problèmes que l’UE doit résoudre pour maintenir un sentiment de solidarité et d’unité au sein du bloc. Lahodynsky a mentionné que les 27 membres de l’UE ont agi de manière égoïste en prenant des mesures pour contenir le virus et en essayant de faire face à la crise.

« Pas de solidarité, chaque pays a fait ce qu’il pensait être juste de faire, alors tout le monde a fermé ses frontières. L’Allemagne, d’ailleurs, a arrêté les produits médicaux payés et commandés par le gouvernement autrichien à la frontière pendant des semaines. Cela est contraire à toutes les règles du marché unique européen », a-t-il déclaré. Il a ajouté qu’à partir du 1er avril, l’Autriche exigera que tous les acheteurs portent un masque lorsqu’ils se rendent dans les supermarchés.

On se préoccupe du rôle de l’UE dans la résolution du problème. Lahodynsky a souligné que les États-nations qui ont assumé des responsabilités de manière indépendante sans coordination avec Bruxelles continueront à conserver ce pouvoir après la crise, ce qui suscitera la méfiance à l’égard des institutions européennes, mais l’UE peut utiliser la crise pour en sortir plus forte qu’auparavant.

« Ce sera une Union européenne différente, mais elle risque de se dissoudre si les gens pensent que nous n’en avons pas besoin. Je pense que l’UE est toujours nécessaire. L’UE est toujours sortie d’une crise plus forte qu’elle ne l’était auparavant. J’espère personnellement qu’après la pandémie, l’UE en sortira plus forte.

*Vous pouvez regarder l’interview complète ci-dessous et suivre la page Facebook de New Europe pour connaître les derniers avis des leaders mondiaux et des universitaires sur la pandémie COVID-19.

[ad_2]