Le Chili va gracier 1 300 prisonniers pour stopper la propagation du coronavirus

[ad_1]

SANTIAGO, CHILI (AFP) – Environ 1.300 prisonniers Ă  haut risque de contracter un coronavirus seront graciĂ©s au Chili après que la Cour constitutionnelle a approuvĂ© mardi 14 avril une loi spĂ©ciale envoyĂ©e par le gouvernement du prĂ©sident conservateur Sebastian Pinera.

Cette loi profitera aux dĂ©tenus de plus de 75 ans, aux mères d’enfants de moins de deux ans et aux femmes enceintes, qui pourront purger le reste de leur peine Ă  domicile.

Les prisonniers condamnĂ©s pour crimes contre l’humanitĂ© et ceux coupables d’homicide, d’enlèvement, de trafic de drogue et de violence domestique sont exclus.

Cette grâce est destinée à alléger la pression sur les prisons qui, selon un rapport de la Cour suprême, sont une « bombe à retardement », avec quelque 42 000 détenus.

Parmi eux, on compte près d’une centaine de personnes condamnĂ©es pour des violations des droits de l’homme pendant la dictature militaire chilienne de 1973 Ă  1990.

Ils purgent leur peine – pour enlèvement, torture et meurtre – dans la prison spĂ©ciale de Punta Peuco, un Ă©tablissement de luxe situĂ© Ă  la pĂ©riphĂ©rie de Santiago.

[ad_2]

Posted In USA