L'Assemblée française adopte un projet de loi visant à freiner l'islamisme

L'Assemblée française adopte un projet de loi visant à freiner l'islamisme

PARIS (REUTERS, AFP) – L'Assemblée nationale française a approuvé mardi 16 février une législation visant principalement à contrer une montée de ce que l'on a appelé le "séparatisme islamiste" – ou "islamisme" – dans les villes, qui, selon le gouvernement, menace la unité.

La législation ne distingue aucune religion en particulier, mais elle sévit contre des pratiques telles que le mariage forcé et les tests de virginité.

Il comprend des mesures sévères contre les apologistes en ligne d'actes de violence, une surveillance plus stricte des associations religieuses et des restrictions plus strictes sur l'éducation des enfants en dehors des écoles ordinaires.

La population musulmane de France est estimée à environ cinq millions de personnes, dont beaucoup sont d'origine familiale en Algérie ou dans d'autres parties de son ancien empire.

Le pays a subi une vague d'attaques de militants islamistes ces dernières années, et la lutte contre l'extrémisme religieux, l'identité française et la sécurité intérieure seront de gros problèmes lors de l'élection présidentielle de l'année prochaine.

Présenté au parlement à l'occasion du 115e anniversaire de la loi consacrant la séparation de l'État et de la religion en France, le projet de loi a été qualifié par certains à gauche d'attaque contre l'islam et de trop faible par l'extrême droite et certains conservateurs.

La législation représentait une "offensive puissante" de la part de l'État laïque, a déclaré le ministre de l'Intérieur Gerald Darmanin. "C'est un texte difficile … mais nécessaire pour la République", a déclaré Darmanin à la radio RTL avant le vote.

Le projet de loi a été adopté par 347 voix contre 151 à la chambre basse du Parlement, où le parti centriste au pouvoir du président Emmanuel Macron et ses alliés détiennent la majorité. Le projet de loi passe maintenant au Sénat, où domine l'opposition de centre-droit.

Le débat autour de la loi est devenu plus chargé après la décapitation, le 16 octobre, d'un instituteur, Samuel Paty, par un adolescent islamiste qui a déclaré qu'il voulait le punir pour avoir montré des dessins animés du prophète Mahomet dans un cours sur la liberté d'expression.

La dirigeante d'extrême droite Marine Le Pen a accusé Darmanin de ne pas s'attaquer de front à l'islam radical.

"Vous restreignez la liberté de chacun d'essayer de modifier les libertés de quelques islamistes", a-t-elle déclaré à Darmanin lors d'un débat la semaine dernière, faisant référence aux restrictions sur l'enseignement à domicile.

Grégoire

Grégoire

38 ans, séparé et papa d’un petit garçon nommé Nathan je suis un journaliste de presse écrite, fortement orienté vers l’humain, l'économie et la Chine. Je suis titulaire de la carte de presse 109543, depuis 2008.

Related Posts

La Grande-Bretagne a donné la priorité à la lutte contre Covid-19 à la transparence, selon le secrétaire à la Santé Hancock

La Grande-Bretagne a donné la priorité à la lutte contre Covid-19 à la transparence, selon le secrétaire à la Santé Hancock

Le Royaume-Uni rouvrira par étapes après avoir fait tomber la variante du Covid-19 en Afrique du Sud

Le Royaume-Uni rouvrira par étapes après avoir fait tomber la variante du Covid-19 en Afrique du Sud

Dans le placard, sous le matelas: des fêtards pandémiques se cachent de la police madrilène

Dans le placard, sous le matelas: des fêtards pandémiques se cachent de la police madrilène

Une ville française fait fureur à propos des déjeuners scolaires sans viande

Une ville française fait fureur à propos des déjeuners scolaires sans viande

Catégories