L'Arabie saoudite écrase le réseau de fraude de Covid-19 avant le haj

[ad_1]

RIYAD (AFP) – L'Arabie saoudite a arrêté plus de 120 personnes soupçonnées d'avoir fourni ou acheté des vaccins et des certificats de test contre le coronavirus frauduleux, ont annoncé jeudi 15 juillet les médias officiels, deux jours avant le début d'un haj étroitement contrôlé.

L'agence de presse officielle SPA a déclaré que neuf responsables du ministère de la Santé figuraient parmi les accusés, qui ont tous plaidé coupables.

Quelque 60 000 résidents saoudiens munis de certificats de vaccination se joindront au pèlerinage religieux de cette année, la deuxième fois que le rassemblement est massivement réduit en raison de la pandémie.

Les suspects dans l'affaire des certificats frauduleux auraient utilisé les médias sociaux pour faire la publicité de leurs services.

Ceux-ci comprenaient le changement du statut d'infection, le statut vaccinal et l'administration d'une ou deux doses, a rapporté la SPA.

Vingt et une personnes – neuf citoyens saoudiens et 12 résidents – sont accusés d'avoir servi d'intermédiaires dans la fraude.

Les personnes accusées d'avoir utilisé les services illicites sont 76 citoyens et 16 résidents.

Les autorités saoudiennes ont annoncé en juillet que deux responsables du ministère de la Santé figuraient parmi plusieurs suspects arrêtés dans un complot similaire visant à modifier illégalement les données sur les coronavirus.

Une enquête pénale a été ouverte sur cette affaire, mais le nombre de suspects n'a pas été divulgué.

Plus de 21 millions de doses de vaccin contre le coronavirus ont été administrées dans le pays du Golfe de 34 millions d'habitants, selon les données du ministère de la Santé publiées jeudi.

Mercredi, le ministère a annoncé 1 226 nouveaux cas et 14 décès, portant le nombre total d'infections à 504 960 et le nombre cumulé de décès à 8 020.

Seuls les vaccinés pourront entrer dans les bâtiments gouvernementaux, les établissements d'enseignement ou les lieux de divertissement ou utiliser les transports en commun à partir du mois d'août.

Et seuls les travailleurs vaccinés des secteurs public et privé seront autorisés à retourner sur le lieu de travail.

[ad_2]