La ligue arabe va se réunir sur le projet d’annexion de la Cisjordanie par Israël

[ad_1]

LE CAIRE (AFP) – La Ligue arabe a déclaré lundi 27 avril qu’elle convoquera cette semaine une réunion virtuelle urgente pour discuter des moyens de galvaniser l’opposition aux plans israéliens d’annexion de certaines parties de la Cisjordanie occupée.

La réunion extraordinaire – prévue pour jeudi à la demande des dirigeants palestiniens – réunira les ministres arabes des affaires étrangères par vidéoconférence, plutôt que par une réunion en face à face, en raison de la pandémie mondiale de coronavirus.

Le secrétaire adjoint de la Ligue arabe, Hossam Zaki, a déclaré que les ministres « discuteront lors de leur réunion virtuelle de l’apport d’un soutien politique, juridique et financier aux dirigeants palestiniens pour faire face aux plans israéliens ».

Elle intervient après que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et son rival politique Benny Gantz aient signé un accord pour un gouvernement d’union qui pourrait accélérer les projets du Premier ministre d’annexer des parties de la Cisjordanie dans les mois à venir.

Ces plans israéliens – bien que soumis à des réserves, notamment la nécessité de maintenir la « stabilité régionale » et de respecter l’accord de paix avec la Jordanie – ont suscité de nombreuses critiques, notamment de la part des Nations unies et de l’Union européenne.

Le chef de la Ligue arabe Ahmed Aboul Gheit avait envoyé la semaine dernière un message au Secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres mettant en garde contre les plans d’Israël, disant qu’ils risquaient d' »enflammer la tension dans la région ».

Il a également accusé Israël d' »exploiter la préoccupation du monde pour le nouveau coronavirus afin d’imposer une nouvelle réalité sur le terrain ».

Israël a occupé la Cisjordanie lors de la guerre des six jours de 1967 et a depuis étendu son contrôle en y développant ses colonies.

Mercredi, le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo a déclaré qu’une décision concernant l’annexion des territoires de Cisjordanie était du ressort du nouveau gouvernement d’unité israélien.

Au début de cette année, les États-Unis ont dévoilé un plan de paix controversé au Moyen-Orient qui permettrait à Israël de conserver le contrôle de la ville contestée de Jérusalem en tant que « capitale indivise » et d’annexer des colonies juives sur les terres palestiniennes, y compris en Cisjordanie.

Les États arabes ont rejeté le plan de M. Trump, affirmant qu’il favorisait Israël et ne garantissait pas aux Palestiniens les droits minimums.

Les Palestiniens ainsi que l’Union européenne ont également critiqué ce plan, affirmant qu’il ferme effectivement la porte à une solution à deux États au Moyen-Orient.

[ad_2]