La France va introduire le pass Covid-19 pour les cafés et les trains à partir du 9 août

[ad_1]

PARIS (AFP) – La France appliquera à partir du 9 août une nouvelle législation qui rendra obligatoire le passeport sanitaire pour se rendre dans un café, monter à bord d'un avion ou voyager dans un train interurbain, a déclaré mercredi 28 juillet le porte-parole du gouvernement.

La législation adoptée par le Parlement ce week-end a déclenché des manifestations de masse en France mais le gouvernement est déterminé à aller de l'avant et à faire du pass sanitaire un élément clé de la lutte contre le Covid-19.

Un laissez-passer de santé valide est généré par deux injections d'un vaccin reconnu, un test de coronavirus négatif ou une guérison récente d'une infection. La législation rend également la vaccination obligatoire pour les agents de santé et les soignants.

Le pass est déjà obligatoire depuis le 21 juillet pour les visites de musées, cinémas et lieux culturels d'une capacité de plus de 50 personnes. Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a déclaré que ce serait également obligatoire dans les cafés, les restaurants, les vols et les trains interurbains à partir du 9 août.

L'augmentation des infections entraînée par la variante Delta, avec une moyenne de 19 000 cas quotidiens – 97 % de plus qu'il y a une semaine – signifie que la situation sanitaire en France "continue de s'aggraver et reste préoccupante", a-t-il ajouté.

L'annonce de M. Attal est intervenue alors que les données montraient que 50% de la population adulte française était désormais vaccinée avec deux vaccins. La stratégie du gouvernement en matière de laissez-passer sanitaire fait de la vaccination son arme numéro un dans la lutte contre le Covid-19.

M. Attal a souligné qu'il y aurait une certaine tolérance dans la phase initiale à partir du 9 août. Le ministre des Transports Jean-Baptiste Djebbari a déclaré que les autorités voulaient avoir "un bon niveau de contrôle sans rendre la vie des voyageurs difficile".

Avant le retour à l'école après les vacances d'été, le ministre de l'Éducation, Jean-Michel Blanquer, a déclaré que les élèves du secondaire et du collégial ne seraient retirés des classes que lorsque leurs camarades seraient positifs s'ils n'avaient pas été eux-mêmes vaccinés.

Il a déclaré que 6 000 à 7 000 centres de vaccination seraient déployés autour des écoles pour aider les adolescents à se faire vacciner.

L'autorité sanitaire française a approuvé mercredi l'administration du vaccin Moderna aux 12-17 ans, après une décision similaire sur le vaccin Pfizer-BioNTech à la mi-juin.

La mise en œuvre de la législation sur le passeport sanitaire interviendra quatre jours après que le Conseil constitutionnel, la plus haute autorité constitutionnelle de France, aura rendu sa décision sur la législation le 5 août.

Le Conseil a le pouvoir de renvoyer les lois à la législature et au gouvernement pour qu'ils les modifient, mais le gouvernement semble confiant qu'il recevra le feu vert.

Les plans se sont révélés extrêmement controversés, provoquant deux week-ends de manifestations qui ont vu samedi plus de 160 000 rassemblements dans tout le pays et des dizaines d'arrestations.

Le président Emmanuel Macron a déclaré ce week-end que refuser de se faire vacciner équivalait à "de l'irresponsabilité et de l'égoïsme".

Les autorités sanitaires ont quant à elles déclaré mercredi l'état d'urgence sanitaire dans les territoires d'outre-mer français antillais de Guadeloupe, Saint-Martin et Saint-Barthélemy afin de limiter les déplacements de personnes au fur et à mesure que des cas s'y présentent.

Ils ont également remarqué que le niveau de vaccination en Guadeloupe n'est que de 15 pour cent.

[ad_2]