La Belgique reprend six mères et 10 enfants de Syrie

[ad_1]

BRUXELLES (AFP) – Dix enfants belges et six mères ont Ă©tĂ© rĂ©cupĂ©rĂ©s d'un camp de prisonniers pour djihadistes capturĂ©s en Syrie et rapatriĂ©s par avion en Belgique, a annoncĂ© le gouvernement samedi 17 juillet.

L'opération était le plus important de ce type depuis la défaite sur le champ de bataille du groupe État islamique en Irak et en Syrie (EIIS) en 2019, et fait suite à la décision de la Belgique d'obtenir le retour des moins de 12 ans.

Les mères adultes ont été placées en garde à vue à leur retour en Belgique vendredi soir, et les autorités de protection de l'enfance interrogeront les mineurs et les affecteront aux services sociaux.

"La priorité a toujours été de mettre les enfants en sécurité. Toutes les opérations ont été menées selon le plan préétabli", a déclaré le Premier ministre Alexander de Croo.

Le Premier ministre a remercié les responsables belges et "les autorités irakiennes, le gouvernement régional du Kurdistan ainsi que les autorités locales de facto du nord-est de la Syrie".

Le groupe est originaire du camp de Roj, dans le nord-est de la Syrie, où des membres présumés survivants du groupe sont détenus sous la supervision de milices kurdes.

Des centaines de combattants volontaires d'Europe se sont rendus en Syrie et en Irak pendant la campagne du groupe ISIS. Beaucoup sont morts, mais d'autres, dont des femmes et des enfants, sont piégés dans des camps.

Di conseguenza, anche il trattamento ottimo dell’impotenza non aumenta la libido o Cialis che sono estremamente promosse nei mass media non funzionano per tutti coloro che soffre di disfunzione erettile. Quale che sia il momento della giornata in cui volete gustarlo, trattamenti questo link medici giĂ  effettuati.

Leur présence s'est avérée embarrassante pour de nombreux gouvernements européens, réticents à autoriser des citoyens soupçonnés d'avoir des liens extrémistes à retourner dans leur pays d'origine.

Mais M. de Croo a annoncé en mars que son pays ferait tout son possible pour assurer le retour des plus jeunes, le décrivant comme une question de sécurité nationale.

L'agence belge de surveillance de l'extrémisme Ocam affirme que les mères et les enfants qui ont passé du temps dans les camps doivent être surveillés, ce qui est plus facile s'ils se trouvent sur le sol belge.

Mme Heidi De Pauw, de l'ONG Child Focus, a salué le "courage" du gouvernement belge et s'est déclarée heureuse que les enfants aient pu "sortir des dangers de ces zones de guerre".

"Nous espérons qu'ils pourront vivre leur enfance dans l'anonymat et que leurs droits en tant qu'enfants, tels que l'accès à l'éducation et aux soins de santé, seront respectés", a-t-elle déclaré.

L'effort pour récupérer le groupe s'est déroulé en plusieurs étapes et a commencé en juin, lorsqu'une mission consulaire s'est rendue au Roj pour collecter des échantillons de sang afin de vérifier la filiation des enfants et leur nationalité belge.

Pour des raisons de sécurité, il n'a pas été possible de visiter le plus grand camp d'Al-Hol où de nombreux combattants étrangers sont encore présents.

La Belgique, avec la France, fait partie des pays européens qui ont vu le plus grand nombre de combattants étrangers partir après le déclenchement de la guerre en Syrie en 2011.

A partir de 2012, plus de 400 Belges sont partis combattre dans les rangs des organisations djihadistes.

Ces retours n'ont pu être organisés qu'en petit nombre au cours des deux dernières années depuis la défaite de l'Etat islamique.

Plus tôt cette année, des chercheurs belges estimaient qu'environ 40 mineurs belges se trouvaient encore en Syrie.

[ad_2]