Khamenei dit que les promesses américaines n'ont aucune crédibilité pour l'Iran et insiste sur le fait que les sanctions doivent d'abord être levées

Khamenei dit que les promesses américaines n'ont aucune crédibilité pour l'Iran et insiste sur le fait que les sanctions doivent d'abord être levées

TEHERAN (AFP) – Le chef suprême de l'Iran a réitéré dimanche 21 mars la "politique définitive" de la République islamique selon laquelle Washington doit lever toutes les sanctions avant que Téhéran ne revienne à ses engagements dans le cadre d'un accord nucléaire de 2015.

"La politique du pays concernant l'interaction avec les parties du JCPOA et le JCPOA lui-même a été claire", a déclaré l'ayatollah Ali Khamenei dans un discours télévisé, faisant référence à l'accord par son nom officiel, le Plan d'action global conjoint.

Cela "implique que les Américains doivent lever les sanctions, toutes les sanctions, et ensuite nous vérifierons et si elles sont vraiment levées, alors nous reviendrons à nos engagements JCPOA".

Khamenei a souligné que la levée des sanctions "sur papier n'est pas acceptable" et doit être mise en œuvre "dans la pratique".

L'accord visait à fournir à l'Iran un allégement des sanctions internationales en échange de limitations de son programme nucléaire controversé.

Mais il est en vie depuis que l'ancien président américain Donald Trump s'est retiré en 2018 et a réimposé des sanctions dans le cadre d'une campagne de «pression maximale» contre Téhéran.

Joe Biden, qui a battu Trump aux urnes en novembre, a indiqué qu'il était prêt à relancer l'accord, mais son administration insiste sur le fait que l'Iran doit d'abord revenir à ses engagements nucléaires, dont la plupart ont été suspendus par Téhéran en réponse aux sanctions américaines.

Téhéran a insisté pour que Washington fasse le premier pas en supprimant les sanctions.

"S'ils acceptent et mettent en œuvre la politique que nous avons annoncée, tout sera réglé. Et s'ils ne le font pas, les choses continueront comme elles sont maintenant, et ce n'est pas un problème", a déclaré Khamenei.

Il a également répété la position de Téhéran selon laquelle "la pression maximale a échoué" et a averti que si l'administration Biden "veut maintenir la pression maximale, elle échouera également".

Appel à «  gérer '' les médias sociaux

Lors des prochaines élections présidentielles et municipales, Khamenei a déclaré que les services de renseignement des «ennemis» de l'Iran, principalement les États-Unis et Israël, avaient essayé d'utiliser les médias sociaux pour décourager les électeurs et «réduire la participation».

"Ils accusent ceux qui le tiennent, (disant) que les élections ont été truquées ou quoi que ce soit d'autre, ou ils accusent le Conseil des Gardiens respecté", un organe de contrôle, a-t-il dit.

"Ou bien ils découragent le peuple en disant: 'Votre vote n'a aucun impact, il n'aidera pas à améliorer la situation, (alors) pourquoi s'embêter?'" Les électeurs sont le 18 juin pour élire un successeur au président Hassan Rouhani, qui est dans son dernier mandat de quatre ans.

En vertu de la loi iranienne, les candidats doivent être examinés par le puissant chien de garde du Conseil des gardiens avant d'être autorisés à se présenter.

Le taux de participation a atteint un creux historique de moins de 43% dans les sondages parlementaires de 2020 après que des milliers de candidats réformistes se soient vu interdire de se présenter, ce qui a conduit à un glissement de terrain conservateur.

Khamenei a également déclaré que les médias sociaux iraniens "ne doivent pas être laissés à l'ennemi qu'ils conspireraient" contre l'Iran, appelant à leur "gestion".

Son avertissement fait suite à un reportage dans les médias israéliens selon lequel une campagne "Non à la République islamique d'Iran" gagnait du terrain sur les réseaux sociaux.

Les hashtags #NoVote et NoToIslamicRepublicOfIran se sont répandus sur Twitter, en farsi et en anglais.

Grégoire

Grégoire

38 ans, séparé et papa d’un petit garçon nommé Nathan je suis un journaliste de presse écrite, fortement orienté vers l’humain, l'économie et la Chine. Je suis titulaire de la carte de presse 109543, depuis 2008.

Related Posts

La France rapporte une nouvelle augmentation du nombre de patients en soins intensifs Covid-19

La France rapporte une nouvelle augmentation du nombre de patients en soins intensifs Covid-19

Les catholiques autrichiens arborent un drapeau arc-en-ciel après l'interdiction de la bénédiction du même sexe

Les catholiques autrichiens arborent un drapeau arc-en-ciel après l'interdiction de la bénédiction du même sexe

Les médecins parisiens craignent le pire de la vague Covid-19 à venir

Les médecins parisiens craignent le pire de la vague Covid-19 à venir

Les touristes vaccinés sont les bienvenus alors que les Serbes disent «  non merci '' aux coups

Les touristes vaccinés sont les bienvenus alors que les Serbes disent «  non merci '' aux coups

Catégories