« Grâce à Dieu », scandent les Gazaouis alors que la trêve Israël-Hamas s'installe

[ad_1]

GAZA (REUTERS) – Lorsque les combats se sont arrêtés, les célébrations ont commencé. Incapables la semaine dernière de célébrer l'Aïd al-Fitr, la joyeuse fête musulmane marquant la fin du mois de jeûne du Ramadan, de nombreux Gazaouis sont descendus dans la rue vendredi à 2 heures du matin (7 heures du matin, heure de Singapour) pour vanter le début d'une trêve du Hamas avec Israël qui a pris fin. 11 jours d'hostilités.

"Dieu est le plus grand et grâce à Dieu", ont-ils crié en arabe.

Les voitures ont rempli les rues principales de Gaza, les conducteurs klaxonnant et agitant des drapeaux aux fenêtres, dans des scènes rappelant les célébrations passées des trêves et des libérations de prisonniers.

Le Hamas, le groupe militant islamiste qui gouverne Gaza, a présenté les combats comme une résistance réussie d'un ennemi militairement et économiquement plus fort.

Les haut-parleurs des mosquées ont salué ce qu'ils ont appelé « la victoire remportée par la résistance sur l'occupation lors de la bataille de l'épée de Jérusalem ». Les hommes ont tiré des fusils en l'air, et d'autres ont déclenché des bombes sonores ou des pétards.

Les responsables de la santé de Gaza ont déclaré que 232 Palestiniens, dont 65 enfants, avaient été tués et plus de 1 900 blessés lors des frappes aériennes et des bombardements d'artillerie israéliens. Israël a déclaré avoir tué au moins 160 combattants.

Les autorités évaluent à 12 le nombre de morts en Israël, avec des centaines de personnes soignées pour des blessures lors d'attaques à la roquette qui ont semé la panique et envoyé les gens se précipiter dans des abris.

À Tel Al-Hawa dans la ville de Gaza, les gens ont dit qu'ils célébraient leur sécurité et ce qu'ils considéraient comme leur victoire.

Certains se sont embrassés, l'un l'appelant un "temps d'arrêt du coronavirus". « Avec des âmes et du sang, nous vous rachetons, Deif », ont-ils scandé, appelant le nom du plus haut commandant militaire du Hamas, Deif, qui figure en tête de la liste des personnes recherchées par Israël.

"C'est une grande victoire sur l'occupation. Nos résistants les ont forcés au cessez-le-feu", a déclaré Ahmed Amer, 30 ans, alors qu'il célébrait avec ses amis.

"Aujourd'hui, c'est le début de l'Aïd al-Fitr. Oui, nous sommes désolés et tristes pour notre peuple qui a perdu sa maison et ses proches, mais malgré cela, nous célébrerons", a déclaré Amer.

Les gens célèbrent près des décombres d'un bâtiment endommagé dans la ville de Gaza le 21 mai 2021. PHOTO : REUTERS

Un autre homme tenant un fusil d'assaut AK-47 a déclaré: "Nos doigts sont sur les détentes, et nous sommes prêts à nous battre à nouveau, mais maintenant nous allons célébrer avec notre peuple", a-t-il déclaré, refusant de donner un nom.

Dans la ville de Ramallah, occupée par Israël, des centaines de personnes sont descendues dans les rues en scandant : « Avec des âmes et du sang, nous te rachetons, Gaza.

Des feux d'artifice ont été déclenchés à Sheikh Jarrah, le quartier de Jérusalem-Est, où une longue bataille juridique menée par des familles palestiniennes pour arrêter leur expulsion forcée par des colons israéliens a été un facteur clé pour mobiliser les manifestants dans la vieille ville et plus loin pendant le Ramadan.

[ad_2]