Des milliers de personnes manifestent contre les possibles grâces de l'Espagne pour les dirigeants catalans emprisonnés

[ad_1]

MADRID (REUTERS) – Des milliers d'Espagnols ont manifesté dimanche 13 juin à Madrid contre le projet du gouvernement de gracier 12 politiciens catalans condamnés pour l'échec de la candidature à l'indépendance de la région en 2017, une décision que les manifestants considèrent comme une menace pour l'unité nationale.

La vice-Première ministre espagnole Carmen Calvo a donné l'indication la plus claire à ce jour que les grâces des séparatistes catalans étaient « proches » dans une interview publiée dimanche avec le journal La Vanguardia, mais la question a amèrement divisé les Espagnols.

Environ 63 pour cent des Espagnols s'opposent à l'octroi de la grâce, tandis que 25 pour cent y sont favorables et environ 6 pour cent sont indifférents, selon un sondage publié dimanche pour niusdiario.es, un journal en ligne.

"Nous devrions arrêter cela maintenant car pour obtenir une grâce, vous devez faire preuve de contrition, et les séparatistes ne le montreront pas", a déclaré M. Carlos Bandecha, 47 ans, un homme d'affaires, lors du rassemblement, où de nombreux manifestants ont agité des drapeaux nationaux rouges et jaunes.

Des députés de l'opposition du Parti populaire conservateur (PP), du parti d'extrême droite Vox et du centriste Ciudadanos ont rejoint le rassemblement sur la Plaza Colon, au centre de Madrid.

Interrogé sur la date à laquelle le gouvernement espagnol de centre-gauche pourrait approuver les grâces, M. Calvo a déclaré à niusdiario.es : « Bientôt, ils sont proches. Après l'arrivée du rapport de la Cour suprême, nous y donnerons immédiatement suite. Ils devraient arriver prochainement au Cabinet."

La Cour suprême espagnole a déclaré le mois dernier dans un rapport non contraignant qu'elle s'opposait aux éventuelles grâces du gouvernement pour les dirigeants séparatistes catalans.

Il a condamné neuf dirigeants séparatistes catalans en octobre 2019 à entre neuf et 13 ans de prison pour sédition pour avoir organisé un référendum non autorisé sur l'indépendance et publié une déclaration unilatérale d'indépendance de courte durée.

Trois autres ont été reconnus coupables de désobéissance mais n'ont pas été emprisonnés.

[ad_2]