De l'espoir Ă  l'agonie, que reste-t-il du printemps arabe?

De l'espoir Ă  l'agonie, que reste-t-il du printemps arabe?

BEYROUTH (AFP) – Il y a dix ans, une traĂźnĂ©e de poudre de rĂ©voltes dans le monde arabe a dĂ©clenchĂ© une sĂ©rie improbable d'Ă©vĂ©nements qui ont gonflĂ©, puis anĂ©anti de nombreux espoirs et changĂ© irrĂ©vocablement la rĂ©gion.

De l'effondrement rapide de rĂ©gimes apparemment invincibles Ă  la montĂ©e et la chute d'un califat islamiste en son cƓur, le Moyen-Orient a traversĂ© la deuxiĂšme dĂ©cennie du 21e siĂšcle dans un Ă©tat de bouleversements incessants.

La chaßne de soulÚvements qui a secoué la région à partir de la fin de 2010 et a rapidement été surnommée le «printemps arabe» a conduit à des résultats disparates à long terme, de nombreux pays semblant aujourd'hui plus mal lotis.

Les manifestations populaires qui ont Ă©clatĂ© en Tunisie, en Égypte, en Libye et au YĂ©men il y a dix ans ont Ă©tĂ© suivies au mieux de rĂ©formes dĂ©cevantes, d'une rĂ©action dictatoriale ou d'un conflit total au pire.

Pourtant, l'esprit des rĂ©voltes est loin d'ĂȘtre mort, comme en tĂ©moigne la deuxiĂšme vague de soulĂšvements qui s'est propagĂ©e au Soudan, en AlgĂ©rie, en Irak et au Liban huit ans plus tard.

Quelque chose "dans le tissu de la rĂ©alitĂ© elle-mĂȘme" a changĂ© depuis lors, a dĂ©clarĂ© Mme Lina Mounzer, une auteure et traductrice libanaise dont la famille a des racines Ă  la fois en Egypte et en Syrie.

«Je ne sais pas s'il y a quelque chose de plus émouvant ou de plus noble qu'un peuple qui réclame une vie digne d'une seule voix», a-t-elle ajouté.

"Cela prouve qu'une telle chose est possible, que les gens peuvent se révolter contre les pires despotes, qu'il y a assez de courage dans les gens debout et travaillant ensemble pour affronter des armées entiÚres."

Étincelle de la Tunisie

Tout a commencé le 17 décembre 2010, lorsqu'un jeune vendeur ambulant, poussé par des années de harcÚlement policier, s'est aspergé de carburant devant le bureau du gouverneur de la ville tunisienne de Sidi Bouzid et s'est immolé par le feu.

Celui de M. Mohamed Bouazizi n'a pas Ă©tĂ© la premiĂšre auto-immolation dans la rĂ©gion, ni mĂȘme en Tunisie, mais cela a dĂ©clenchĂ© une rage jamais vue auparavant. Son histoire n'a pas non plus Ă©tĂ© filmĂ©e – mais elle est nĂ©anmoins devenue virale.

Au moment oĂč M. Bouazizi mourut des suites de ses blessures le 4 janvier, le mouvement de protestation contre le prĂ©sident Zine El Abidine Ben Ali, au pouvoir depuis 23 ans, s'Ă©tait Ă©tendu Ă  tout le pays.

Dix jours plus tard, M. Ben Ali a Ă©tĂ© contraint de fuir en Arabie saoudite. En quelques semaines, des manifestations pro-dĂ©mocratie ont Ă©clatĂ© en Égypte, en Libye et au YĂ©men.

C'est lorsque la rage s'est répandue dans les rues du Caire, la plus grande ville de la région et son creuset politique historique, que la contagion a valu son surnom de «printemps arabe».

Des centaines de milliers de personnes sont descendues dans la rue en Égypte pour crier leurs aspirations dĂ©mocratiques et exiger la destitution de Hosni Moubarak, prĂ©sident depuis 1981.

Il est difficile d'exagérer le sentiment d'espoir et d'euphorie que ces images projetaient à travers la région et le reste du monde.

Groundswell d'espoir

"Regardez les rues d'Egypte ce soir; voici à quoi ressemble l'espoir", écrivait alors le célÚbre auteur égyptien Ahdaf Soueif dans The Guardian.

La voix du peuple s'élevait comme une seule, non seulement dans un pays mais à travers la région, renversant certaines des dictatures les plus enracinées de la planÚte.

Une phrase qui restera au fur et Ă  mesure que le slogan du printemps arabe se rĂ©pandra dans la rĂ©gion: "Al-shaab yureed isqat al-nizam" – en arabe pour "Le peuple veut la chute du rĂ©gime".

Ces mots étaient à la fois un cri primitif donnant du courage à une génération qui ne savait pas qu'il en avait autant et une sorte d'incantation qui, si elle était répétée assez longtemps, libérerait miraculeusement le peuple.

Un nouveau paradigme était en train de naßtre pour le Moyen-Orient avec la prise de conscience que ses tyrans ne mesuraient pas dix pieds de haut et que le changement pouvait venir de l'intérieur.

L'auteur Lina Mounzer se souvient comment les débuts ont brisé le sentiment de «défaite arabe» qui pesait sur deux générations aprÚs la mort de l'Egyptien Gamal Abdel Nasser et son projet nationaliste panarabe.

"Il y avait un sentiment que nous, Arabes, Ă©tions en quelque sorte trop paresseux et fatiguĂ©s pour nous Ă©lever contre l'oppression, que nous acceptions le rĂšgne des dictateurs et des despotes parce que nous Ă©tions fondamentalement dĂ©fectueux, ou bien que nous avions Ă©tĂ© façonnĂ©s en bĂȘtes de somme par le colonialisme et l'ingĂ©rence occidentale, "a-t-elle dĂ©clarĂ© Ă  l'AFP.

Impensable

L'impensable s'est produit le 11 février 2011, lorsqu'il a été annoncé que Moubarak démissionnait.

«La nuit oĂč Moubarak est tombĂ©, j'ai pleurĂ© de joie. Je ne pouvais pas croire Ă  quel point le peuple Ă©gyptien Ă©tait courageux et beau. Cela ressemblait Ă  l'aube d'une nouvelle Ăšre», se souvient Mme Mounzer.

"Et puis, la Syrie. Si je pensais ĂȘtre heureux pour l'Égypte, surpris par l'Égypte, j'Ă©tais extatique pour la Syrie … J'avais l'impression que les rĂȘves nationalistes arabes de mes parents se rĂ©alisaient enfin … grĂące Ă  la force et Ă  la volontĂ© de la les gens eux-mĂȘmes. "

Six mois avant d'ĂȘtre assassinĂ© Ă  Istanbul, l'auteur et dissident saoudien Jamal Khashoggi a fait valoir que les rĂ©voltes avaient une fois pour toutes mis fin Ă  l'idĂ©e que les Arabes et la dĂ©mocratie ne correspondaient pas.

"Le débat sur la relation entre l'islam et la démocratie s'est définitivement terminé avec la venue du printemps arabe", a-t-il déclaré dans un discours de 2018.

Outre M. Ben Ali et Moubarak, Mouammar Kadhafi de Libye, Ali Abdullah Saleh du Yémen et Omar al-Bashir du Soudan de l'année derniÚre étaient les autres scalps importants revendiqués par les révolutions arabes.

Les cinq d'entre eux ont cumulé 146 ans de rÚgne, sans compter les 12 ans de M. Saleh à la présidence du Yémen du Nord avant l'unification du pays en 1990. Alors que M. Ben Ali a dirigé la Tunisie de 1987 à 2011, Moubarak était au pouvoir de 1981 à 2011, Kadhafi de 1969 à 2011, M. Saleh de 1990 à 2012 et M. Bashir de 1989 à 2019.

Pendant un certain temps, l'effondrement des autocraties de la région a semblé imparable.

'Hiver arabe'

Pourtant, le terme «printemps arabe» lui-mĂȘme, qui a commencĂ© Ă  apparaĂźtre fin janvier 2011, est rarement utilisĂ© dans les pays arabes – oĂč les mots pour soulĂšvement et rĂ©volution sont prĂ©fĂ©rĂ©s – et a depuis Ă©tĂ© critiquĂ© comme un abus de langage.

Le livre de 2019 du Dr Noah Feldman sur le sujet s'intitule Arab Winter, un slogan qui a commencĂ© Ă  ĂȘtre utilisĂ© presque immĂ©diatement aprĂšs que l'expression «printemps arabe» s'est rĂ©pandue.

Dans un texte de couverture du livre, l'éminent universitaire Michael Ignatieff dit qu'il met en lumiÚre "l'un des événements les plus importants de notre temps: l'échec tragique du printemps arabe".

Le vide créé par la chute de régimes vilipendés n'a pas été comblé par les réformes démocratiques réclamées par les manifestants. Au lieu de cela, dans de nombreux cas, des troubles s'en sont suivis.

En Égypte, une brĂšve et exaltante expĂ©rience d'autonomie a rapidement Ă©tĂ© aigrie par la rĂ©pression policiĂšre brutale.

En 2012, les Égyptiens ont Ă©lu Mohammed Morsi, un islamiste dont le programme s'est heurtĂ© Ă  l'opposition farouche d'une partie du camp de protestation, ouvrant la voie Ă  un coup d'État de 2013 du ministre de la DĂ©fense.

Le général à la retraite Abdel Fattah el-Sissi est toujours au pouvoir aujourd'hui et son rÚgne est sans doute plus autocratique que celui de Moubarak ne l'a jamais été.

La déception au sein du camp de protestation d'origine était amÚre. L'espoir de Mme Ahdaf Soueif depuis les jours grisants de février 2011 semble désormais un mirage depuis longtemps disparu.

"Je n'aurais jamais imaginé que mon neveu, Alaa Abd el-Fattah, serait encore en prison aujourd'hui", a-t-elle déclaré à l'AFP.

"Ou que la pauvretĂ© atteindrait un niveau record … ou que l'Egypte, pour la premiĂšre fois de son histoire, devienne une terre que ses jeunes veulent quitter."

Contrecoup

À BahreĂŻn, la seule monarchie du Golfe Ă  avoir connu des manifestations de masse, le soulĂšvement a Ă©tĂ© brutalement Ă©crasĂ© avec l'aide de l'Arabie saoudite, qui a anticipĂ© toute inclination rĂ©volutionnaire sur son propre sol avec des distributions massives d'argent.

Les manifestations dans l'Algérie meurtrie par la guerre civile n'ont pas pris de l'ampleur, celles du Maroc ont été aspergées de réformes cosmétiques et de répression par les tribunaux.

Les anciens révolutionnaires libyens se sont divisés en une myriade de milices qui ont fragmenté le pays. Le Yémen a sombré dans un conflit civil alimenté par les sectes.

Mais le lieu oĂč le printemps arabe est mort Ă©tait la Syrie.

Peu de dirigeants de la région auraient pu sembler plus difficiles à renverser que M. Bashar al-Assad au début de 2011, mais quelques semaines aprÚs les premiÚres manifestations, l'écriture était sur le mur pour l'ancien ophtalmologiste basé à Londres. Au sens propre.

"A votre tour, docteur."

Les mots, inspirés par la perte de M. Ben Ali et Moubarak, ont été peints à la bombe sur un mur de la ville méridionale de Daraa.

Les adolescents coupables d'une telle lÚse-majesté ont été rapidement détenus et torturés, ce qui a provoqué une vague de protestations furieuses pour leur libération que beaucoup considÚrent comme l'étincelle du soulÚvement national.

Le tour de M. Assad n'est cependant jamais venu. Il a rĂ©sistĂ© Ă  la tempĂȘte, devenant le domino qui n'est pas tombĂ©.

A l'exception de la Tunisie, oĂč rĂšgne aujourd'hui une dĂ©mocratie fragile, chacun des pays de la rĂ©volution s'est effondrĂ© Ă  sa maniĂšre.

En Syrie, le combat finalement réussi du régime à mort a tué plus de 380 000 personnes.

Amusement islamiste

L'un des graffeurs, M. Moawiya Sayasina, a déclaré à l'AFP en 2018 que la réaction était pire qu'il ne l'avait jamais imaginé.

"Je suis fier de ce que nous avons fait à l'époque, mais je n'ai jamais pensé que nous arriverions à ce point, que le régime nous détruirait comme ça. Nous pensions que nous nous en débarrasserions", a-t-il déclaré.

Alors que les mouvements de protestation ont Ă©tĂ© brutalement rĂ©primĂ©s et que la haine sectaire s'est enflammĂ©e, les extrĂ©mistes – en Syrie et ailleurs – ont trouvĂ© un terrain fertile.

«Il n'a pas fallu longtemps pour que l'éthique non-violente des manifestants se manifeste dans les zones de combat de la Libye, de la Syrie et du Yémen», écrit l'auteur et journaliste Robert F. Worth dans A Rage for Order.

«Sous le couvert commode de manifestations de rue – oĂč ils pouvaient voyager sans ĂȘtre reconnus – les jihadistes ont soudainement assistĂ© Ă  l'effondrement de l'État dans les trois pays».

Leur croissance a culminĂ© avec la proclamation en 2014 par le groupe État islamique en Irak et en Syrie (ISIS) d'un «califat» Ă  peu prĂšs de la taille de la Grande-Bretagne chevauchant la Syrie et l'Irak.

L'ultra-violence que l'Etat islamique a habilement propagée sur les médias sociaux et la capacité du groupe à attirer des milliers de combattants d'Europe et d'ailleurs ont instillé une peur en Occident qui a anéanti l'enthousiasme précoce en faveur de la démocratie.

L'attention du monde s'est déplacée vers la lutte contre le terrorisme et s'est éloignée de la suppression des régimes autocratiques, qui se sont rapidement transformés en dernier rempart contre l'extrémisme islamique.

Région ravagée

L'Occident, dirigé par l'administration américaine de Barack Obama, n'a pas vu venir les révoltes arabes, exprimant initialement son soutien aux manifestants.

Mais ils se sont arrĂȘtĂ©s avant l'intervention directe, Ă  l'exception des raids controversĂ©s menĂ©s par l'OTAN qui ont dĂ©logĂ© Kadhafi en Libye.

"La signification politique centrale du printemps arabe et de ses conséquences est qu'il a mis en scÚne des personnes arabophones agissant essentiellement de leur propre chef, en tant que créateurs indépendants à part entiÚre de leur propre histoire et de l'histoire mondiale plus largement", écrit le Dr Feldman.

L'Occident s'est éloigné de ses décennies de soutien à certaines des dictatures de la région, mais n'a pas suivi en soutenant une alternative.

Une décennie plus tard, on aurait du mal à considérer les révoltes arabes comme un succÚs.

Le conflit en Syrie a laissé le pays en ruines et a provoqué le pire déplacement humain depuis la Seconde Guerre mondiale.

Au Yémen, les enfants meurent de faim et la Libye est devenue un champ de bataille sans loi et fragmenté pour les milices et leurs sponsors étrangers dans lequel les aspirations démocratiques ont été profondément enfouies.

Travail en cours

Alors, que reste-t-il du printemps arabe, le cas échéant?

Mme Ahdaf Soueif soutient qu'il est encore trop tÎt pour dire quel sera son héritage et que les révoltes sont toujours un travail en cours.

"Les conditions dans lesquelles les gens avaient vĂ©cu Ă  partir du milieu des annĂ©es 70 ont conduit Ă  la rĂ©volte. C'Ă©tait inĂ©vitable. Cela continue d'ĂȘtre inĂ©vitable", a-t-elle dit.

Elle et d'autres militants sont impatients d'abattre le récit qui lie la croissance de l'islam radical aux révolutions, soulignant que ce sont les contre-révolutions qui ont alimenté le type de privation de droit de vote et de pauvreté dont les islamistes se nourrissent.

Mme Soueif a Ă©galement rejetĂ© la suggestion selon laquelle l'Égypte est revenue Ă  ce qu'elle Ă©tait avant 2011 et a fait valoir que "les gens sont dĂ©sormais vivants et alertes" d'une nouvelle maniĂšre.

"De plus, il y a une rĂ©volution sociale qui a fait un grand pas en avant. Des questions comme les droits des femmes et les droits LGBTQ – leur chemin est trĂšs difficile, mais ils sont plus visibles, ils se sont frayĂ©s un chemin dans un espace de plus", dit-elle. .

Une nouvelle vague de manifestations exigeant la transparence et la réforme démocratique a éclaté l'année derniÚre au Soudan, en Algérie, en Irak et au Liban.

Les mĂȘmes slogans ont de nouveau retenti, confirmant que l'esprit de 2011 Ă©tait toujours vivant et une source d'inspiration pour la jeunesse de la rĂ©gion.

'Tsunami'

Pour le professeur Arshin Adib-Moghaddam de la School of Oriental and African Studies de Londres, les principales revendications des manifestations bouillonnent encore sous la surface et "déborderont à la prochaine occasion comme un tsunami politique".

"Les habitants de la région ont établi un nouveau critÚre pour la politique et la gouvernance qu'ils réclament. Depuis lors, toutes les politiques ont été mesurées par rapport à ces demandes", a déclaré le professeur Adib-Moghaddam, auteur sur les révoltes arabes et la révolution iranienne: le pouvoir et la résistance aujourd'hui.

«Tout État qui ne comprend pas cette nouvelle rĂ©alitĂ© est obligĂ© d'ĂȘtre confronté», a-t-il dĂ©clarĂ©.

L'histoire montre que les révolutions peuvent prendre de nombreuses années, souvent troublées, pour donner des résultats, mais les changements moins visibles qui se produisent parmi ceux qui ont participé ne sont pas facilement inversés.

M. Alaa al-Aswany, sans doute le romancier vivant le plus connu d'Égypte et un personnage central de la scĂšne de type commune qui a briĂšvement campĂ© sur la place Tahrir au Caire, aime Ă  dire que «la rĂ©volution, c'est comme tomber amoureux, elle fait de vous une meilleure personne ".

Mme Lina Mounzer, qui depuis ces jours a vĂ©cu la propre rĂ©volte du Liban en 2019, convient que quoi qu'il advienne, la façon dont les gens voient leurs dirigeants, le reste du monde et peut-ĂȘtre plus important eux-mĂȘmes a Ă©tĂ© durablement affectĂ©e.

"Nous avons vécu si longtemps dans un monde qui a essayé de nous inculquer l'idée que la pensée communautaire est suspecte et que l'individualisme est synonyme de liberté. Ce n'est pas le cas. La dignité est synonyme de liberté", a-t-elle déclaré.

Quelles leçons?

"C'est ce que le printemps arabe, Ă  ses dĂ©buts, idĂ©aliste, non seulement nous a appris, mais confirmĂ© … Ce que nous faisons avec cette leçon – enterrer ou construire sur elle – reste Ă  voir", a dĂ©clarĂ© Mme Mounzer.

"Mais je ne pourrai jamais nous souhaiter de retour dans un monde avant son Ă©mergence."

La «révolution de jasmin» tunisienne est souvent présentée comme un exemple de la maniÚre dont les révoltes arabes peuvent effectivement réussir.

La effusion de sang a été contenue, les politiciens et les citoyens sont restés pour la plupart à l'écart des tactiques qui pourraient diviser la nation, le parti islamiste dominant Ennahdha a fait une transition relativement douce vers une politique de consensus.

«Contrairement Ă  l'Ă©chec de l'Égypte et Ă  la catastrophe de la Syrie, cependant, la Tunisie apparaĂźt comme une exception extrĂȘme dans le phĂ©nomĂšne rĂ©gional plus large qu'elle a dĂ©clenché», Ă©crit le Dr Feldman.

Si le petit pays d'Afrique du Nord s'en est clairement mieux sorti que d'autres, les dividendes de la révolte ne sont toujours pas évidents.

S'adressant Ă  l'AFP Ă  quelques pĂątĂ©s de maisons de l'endroit oĂč tout a commencĂ©, en face de la place de Sidi Bouzid oĂč une sculpture de la charrette de rue de M. Bouazizi a Ă©tĂ© Ă©rigĂ©e, M. Achref Ajmi est dĂ©senchantĂ©.

M. Ben Ali est parti, le pays a tenu bon mais la situation économique ne s'est pas améliorée.

"Le slogan de la révolution était" travail, liberté, dignité nationale ". Nous n'avons rien vu de tout cela", a déclaré le jeune homme de 21 ans.

"Il n'y a pas d'emplois."

Grégoire

Grégoire

38 ans, sĂ©parĂ© et papa d’un petit garçon nommĂ© Nathan je suis un journaliste de presse Ă©crite, fortement orientĂ© vers l’humain, l'Ă©conomie et la Chine. Je suis titulaire de la carte de presse 109543, depuis 2008.

Related Posts

Environ 500 employés d'Airbus en quarantaine aprÚs l'épidémie de Covid-19 à Hambourg

Environ 500 employés d'Airbus en quarantaine aprÚs l'épidémie de Covid-19 à Hambourg

Accueil cool pour le président américain Biden dans le Golfe au milieu d'une politique iranienne incertaine

Accueil cool pour le président américain Biden dans le Golfe au milieu d'une politique iranienne incertaine

La Russie fait pression sur TikTok et les réseaux sociaux pour qu'ils cessent de promouvoir les manifestations de Navalny auprÚs des mineurs

La Russie fait pression sur TikTok et les réseaux sociaux pour qu'ils cessent de promouvoir les manifestations de Navalny auprÚs des mineurs

Un soldat russe condamné à une peine de prison de 24 ans pour une fusillade

Un soldat russe condamné à une peine de prison de 24 ans pour une fusillade

Catégories