Au moins 300 000 Africains devraient mourir dans une pandĂ©mie de coronavirus : agence de l’ONU

[ad_1]

JOHANNESBURG (REUTERS) – La pandĂ©mie de Covid-19 va probablement tuer au moins 300 000 Africains et risque de plonger 29 millions d’entre eux dans l’extrĂȘme pauvretĂ©, a dĂ©clarĂ© vendredi 17 avril la Commission Ă©conomique des Nations unies pour l’Afrique (Uneca), en appelant Ă  un filet de sĂ©curitĂ© de 100 milliards de dollars (142 milliards de dollars amĂ©ricains) pour le continent.

Les 54 pays d’Afrique ont jusqu’Ă  prĂ©sent signalĂ© moins de 20 000 cas confirmĂ©s de la maladie, soit une fraction seulement des plus de deux millions de cas signalĂ©s dans le monde. Mais l’Organisation mondiale de la santĂ© (OMS) a averti jeudi que l’Afrique pourrait voir jusqu’Ă  10 millions de cas dans trois Ă  six mois.

« Pour protéger et construire vers notre prospérité partagée, il faut au moins 100 milliards de dollars pour financer immédiatement un filet de sécurité sanitaire et sociale », indique le rapport de la CEA.

L’Uneca soutient Ă©galement l’appel des ministres africains des finances en faveur d’une relance supplĂ©mentaire de 100 milliards de dollars, qui comprendrait l’arrĂȘt de tout service de la dette extĂ©rieure.

L’agence a modĂ©lisĂ© quatre scĂ©narios basĂ©s sur le niveau des mesures prĂ©ventives introduites par les gouvernements africains.

En l’absence totale de telles interventions, l’Ă©tude a calculĂ© que plus de 1,2 milliard d’Africains seraient infectĂ©s et que 3,3 millions en mourraient cette annĂ©e. L’Afrique a une population totale d’environ 1,3 milliard d’habitants.

Cependant, la plupart des pays africains ont dĂ©jĂ  imposĂ© des mesures d’Ă©loignement social, allant de couvre-feux et de directives de voyage dans certains pays Ă  un verrouillage total dans d’autres.

Pourtant, mĂȘme dans son meilleur scĂ©nario, oĂč les gouvernements introduisent une intense distanciation sociale dĂšs qu’un seuil de 0,2 dĂ©cĂšs pour 100 000 personnes par semaine est atteint, l’Afrique connaĂźtrait 122,8 millions d’infections, 2,3 millions d’hospitalisations et 300 000 dĂ©cĂšs.

La lutte contre la maladie sera compliquĂ©e par le fait que 36 % des Africains n’ont pas accĂšs Ă  des installations de lavage domestique et que le continent ne compte que 1,8 lit d’hĂŽpital pour 1 000 personnes. En comparaison, la France compte 5,98 lits pour 1 000 personnes.

La jeunesse de l’Afrique – prĂšs de 60 % de la population a moins de 25 ans – devrait contribuer Ă  Ă©viter la maladie. D’autre part, 56 % de la population urbaine est concentrĂ©e dans des bidonvilles surpeuplĂ©s et de nombreuses personnes sont Ă©galement vulnĂ©rables en raison du VIH/sida, de la tuberculose et de la malnutrition.

L’Afrique importe 94 % de ses produits pharmaceutiques, indique le rapport, qui note qu’au moins 71 pays ont interdit ou limitĂ© les exportations de certaines fournitures jugĂ©es essentielles pour lutter contre la maladie.

« Dans le meilleur des cas… 44 milliards de dollars seraient nĂ©cessaires pour les tests, les Ă©quipements de protection individuelle et pour traiter tous ceux qui doivent ĂȘtre hospitalisĂ©s », a-t-il dĂ©clarĂ©.

Cependant, c’est de l’argent que l’Afrique n’a pas, car la crise pourrait Ă©galement rĂ©duire l’Ă©conomie du continent jusqu’Ă  2,6 %.

« Nous estimons qu’entre 5 et 29 millions de personnes seront poussĂ©es sous le seuil de pauvretĂ© extrĂȘme de 1,90 $ par jour en raison de l’impact de Covid-19 », indique le rapport.

Le Nigeria perdra à lui seul entre 14 et 19,2 milliards de dollars de recettes provenant des exportations de pétrole cette année. Et les prix des autres exportations de produits de base africains ont également chuté.

Les fermetures en Europe et aux États-Unis mettent Ă©galement en pĂ©ril les 15 milliards de dollars US d’exportations annuelles de textiles et de vĂȘtements de l’Afrique ainsi que le tourisme, qui reprĂ©sente 8,5 % du produit intĂ©rieur brut de l’Afrique.

[ad_2]