La Russie et les EuropĂ©ens s’affrontent au sujet des armes chimiques de la Syrie

La Russie et les EuropĂ©ens s’affrontent au sujet des armes chimiques de la Syrie

La Russie, alliĂ©e de la Syrie, a affrontĂ© les nations europĂ©ennes au Conseil de sĂ©curitĂ© des Nations unies mercredi, Ă  la suite d’un rapport d’un organisme mondial de surveillance des armes chimiques qui blĂąme l’armĂ©e de l’air syrienne pour les attaques au sarin et au chlore perpĂ©trĂ©es contre une ville tenue par les rebelles en 2017.

Le 8 avril, l’Organisation pour la prĂ©vention des armes chimiques basĂ©e Ă  La Haye a dĂ©clarĂ© qu’il y avait des « motifs raisonnables » de croire que la 50e brigade de la 22e division aĂ©rienne de l’armĂ©e de l’air syrienne, utilisant des avions militaires russes Sukhoi Su-22 et un hĂ©licoptĂšre, avait larguĂ© des bombes aĂ©riennes M4000 contenant du gaz neurotoxique sarin sur une ville, ainsi qu’une bouteille contenant du chlore toxique sur un hĂŽpital.

Izumi Nakamitusu, responsable du dĂ©sarmement Ă  l’ONU, a informĂ© le Conseil sur le rapport de l’OIAC et a soulignĂ© que les conclusions Ă©taient « profondĂ©ment bouleversantes ».

L’ambassadeur adjoint de l’Allemagne auprĂšs des Nations unies, Jurgen Schulz, a dĂ©clarĂ© au Conseil : « La responsabilitĂ© est essentielle et l’impunitĂ© pour ces crimes odieux n’est pas une option ».

« Sans responsabilitĂ©, les atrocitĂ©s continueront, si ce n’est par le rĂ©gime syrien, alors par d’autres enhardis par la capacitĂ© Ă  utiliser ces armes horribles pour s’accrocher au pouvoir. Nous appelons donc les États parties Ă  la Convention sur les armes chimiques et le Conseil de sĂ©curitĂ© Ă  agir de maniĂšre dĂ©cisive et unie pour rĂ©pondre aux conclusions de ce rapport », a dĂ©clarĂ© l’ambassadeur d’Estonie auprĂšs des Nations unies, Sven Jurgenson.

L’ambassadeur russe auprĂšs des Nations unies, Vassily Nebenzia, a dĂ©clarĂ© au Conseil que toutes les armes chimiques de la Syrie avaient Ă©tĂ© dĂ©truites et a accusĂ© les experts de l’OIAC de « se faire l’Ă©cho d’accusations infondĂ©es » de la part de certains pays non nommĂ©s, de « partialité » et de prĂ©parer un rapport « sans la moindre trace de diligence ».

Lorsque le rapport a Ă©tĂ© publiĂ©, le gouvernement syrien a rejetĂ© les allĂ©gations, affirmant qu’il ne possĂ©dait plus d’armes chimiques suite Ă  un accord de 2013.

Le rapport indique que les autoritĂ©s syriennes ont refusĂ© Ă  plusieurs reprises de coopĂ©rer Ă  l’enquĂȘte, qui comprenait des entretiens avec des tĂ©moins, des analyses d’Ă©chantillons prĂ©levĂ©s sur les sites des attaques, ainsi que l’examen des symptĂŽmes signalĂ©s par les personnes touchĂ©es.

Grégoire

Grégoire

38 ans, sĂ©parĂ© et papa d’un petit garçon nommĂ© Nathan je suis un journaliste de presse Ă©crite, fortement orientĂ© vers l’humain, l'Ă©conomie et la Chine. Je suis titulaire de la carte de presse 109543, depuis 2008.

Related Posts

La Grande-Bretagne évalue le verrouillage du coronavirus à Londres dans le pire des cas: médias

La Grande-Bretagne évalue le verrouillage du coronavirus à Londres dans le pire des cas: médias

Deux ans aprĂšs la catastrophe, l'Italie voit de l'espoir dans le nouveau pont de GĂȘnes

Deux ans aprĂšs la catastrophe, l'Italie voit de l'espoir dans le nouveau pont de GĂȘnes

Des dizaines de policiers blessés lors des manifestations à Berlin contre les bordures du Covid-19

Des dizaines de policiers blessés lors des manifestations à Berlin contre les bordures du Covid-19

La Chine abandonne la voie de l'ouverture, dit la Suisse

La Chine abandonne la voie de l'ouverture, dit la Suisse

Catégories