COVID-19 tue la libre concurrence dans l’industrie du tourisme en Europe

COVID-19 tue la libre concurrence dans l’industrie du tourisme en Europe

Les effets cumulatifs négatifs et durables de la pandémie de COVID-19 seront indéniables une fois que le monde aura retrouvé un semblant de normalité.

L’un des secteurs qui sera le plus sĂ©vĂšrement touchĂ©, Ă  tous les niveaux, sera l’industrie du tourisme en Europe. Les principaux employeurs, notamment les voyagistes, les compagnies aĂ©riennes, les bateaux de croisiĂšre, les hĂŽtels, les restaurants et les magasins de tourisme, subiront tous des pertes catastrophiques en raison des mesures de verrouillage draconiennes, apparemment sans fin, qui sont en place dans toute l’UE depuis plus d’un mois – une perspective qui pourrait probablement Ă©trangler les Ă©conomies de la plupart des pays du sud de l’Europe.

Bruxelles a fait quelques efforts, quoique peu dĂ©cisifs, pour Ă©laborer un plan de relance cohĂ©rent afin que les 27 membres de l’UE retrouvent un certain degrĂ© de normalitĂ© en se prĂ©parant Ă  ce que les institutions de l’UE espĂšrent ĂȘtre une voie vers une croissance durable post-COVID-19.

La Commission europĂ©enne est cependant restĂ©e rĂ©solument silencieuse sur la maniĂšre exacte dont le bloc envisage de dĂ©velopper un plan d’action Ă  court et moyen terme pour l’industrie du tourisme, qui est confrontĂ©e Ă  des pertes stupĂ©fiantes qui pourraient atteindre 400 milliards d’euros.

À Bruxelles, on espĂšre que l’Union europĂ©enne pourra proposer un cadre qui permettrait de traiter l’approche de l’UE en matiĂšre de tourisme, d’autant plus que l’ensemble de l’Europe du Sud et les pays riverains de la mer Noire ont des Ă©conomies qui dĂ©pendent fortement du tourisme. Ces pays offrent principalement des destinations touristiques estivales aux citoyens des États membres du Nord et du Centre au sein du marchĂ© unique de l’UE, car le tourisme est principalement soumis Ă  la libre prestation de services, l’une des quatre libertĂ©s fondamentales de l’UE.

Le tourisme est devenu un droit humain sui generis accessible Ă  presque tous les citoyens du monde. Des millions de personnes prennent l’avion tout autour de la planĂšte, souvent avec des vols Ă  bas prix ou des combines de derniĂšre minute.

Tous ces vols, et le tourisme de masse qui en rĂ©sulte dans certaines destinations, ont fait des ravages et ont contribuĂ© au changement climatique. Certaines Ă©tudes montrent que la pollution de l’air propage des virus.

COVID-19, et sa prolifĂ©ration en tant que menace mondiale, illustre le lien de causalitĂ© entre l’environnement et la santĂ© publique dans une Ă©conomie mondialisĂ©e oĂč l’environnement n’a pas de frontiĂšres. Il s’agit bien sĂ»r d’un Ă©lĂ©ment crucial Ă  prendre en considĂ©ration lorsque l’Europe s’efforce de promouvoir une nouvelle forme de tourisme durable oĂč la qualitĂ© de vie et la santĂ© publique sont prises en compte parallĂšlement Ă  la prĂ©servation de l’environnement naturel des destinations d’accueil.

En 2020, l’industrie touristique europĂ©enne s’effondrera. NĂ©anmoins, cela ne peut pas ĂȘtre une raison pour maintenir en vie les schĂ©mas de tourisme non durable du passĂ©. Les solutions pour le retour espĂ©rĂ© de l’industrie pour la saison 2021 doivent inclure une enquĂȘte sur les pratiques des voyagistes qui ont construit un marchĂ© oligopolistique pour les services touristiques.

Actuellement, ces opĂ©rateurs disposent de leurs propres transporteurs aĂ©riens, hĂŽtels, bateaux de croisiĂšre, bus, et ont mĂȘme signĂ© des contrats avec des magasins de souvenirs et autres expositions dans des destinations Ă  travers l’Europe afin de contrĂŽler toute la chaĂźne de services sans laisser aucune libertĂ© de choix.

Cette question doit ĂȘtre suivie de prĂšs car la pandĂ©mie va trĂšs probablement entraĂźner un comportement anticoncurrentiel encore plus grave dans le secteur du tourisme, ce qui pourrait causer des dommages irrĂ©parables supplĂ©mentaires aux Ă©cosystĂšmes fragiles de nombreuses destinations europĂ©ennes parmi les plus cĂ©lĂšbres et les plus aimĂ©es.

Julien

Julien

35 ans, mariĂ© et papa d’une petite fille nommĂ© LĂ©a, je suis un journaliste de presse Ă©crite, fortement orientĂ© vers l’humain, l'Ă©conomie et l'Afrique. Je suis titulaire de la carte de presse 106530, depuis 2005.

Related Posts

Le président Macron laisse tomber l'idée d'une flÚche moderne pour Notre Dame alors que la France procÚde à sa restauration

Le président Macron laisse tomber l'idée d'une flÚche moderne pour Notre Dame alors que la France procÚde à sa restauration

Le Premier ministre britannique Johnson interdira les promotions des supermarchés sur les aliments malsains: Médias

Le Premier ministre britannique Johnson interdira les promotions des supermarchés sur les aliments malsains: Médias

L'Italie interdit l'entrée de 13 pays dont le Brésil pour virus

L'Italie interdit l'entrée de 13 pays dont le Brésil pour virus

Le pape condamne «l'enfer» des camps de détention pour migrants en Libye

Le pape condamne «l'enfer» des camps de détention pour migrants en Libye

Catégories