Coronavirus : British Airways s’apprête à supprimer 12 000 emplois

Coronavirus : British Airways s’apprête à supprimer 12 000 emplois

LONDRES (AFP) – British Airways va supprimer jusqu’à 12.000 emplois dans le cadre d’un plan de restructuration, alors que la compagnie est confrontée aux conséquences de la pandémie de coronavirus, a déclaré mardi 28 avril sa société mère, l’IAG.

La compagnie a déclaré qu’elle était toujours en train de réfléchir à ses options mais qu’il était « probable qu’elles affecteront la plupart des employés de British Airways et pourraient entraîner le licenciement de 12 000 personnes ».

Il faudra « plusieurs années » pour que la demande en passagers revienne aux niveaux de 2019, a-t-il ajouté.

Les actions d’International Airlines Group (IAG), qui possède également Iberia et Vueling, ont perdu 2,2 %, les résultats préliminaires ayant montré que les recettes du premier trimestre ont chuté de 13 % pour atteindre 4,6 milliards d’euros (7 milliards de dollars).

Le résultat d’exploitation avant éléments exceptionnels du groupe s’est traduit par une perte de 535 millions d’euros, contre un bénéfice de 135 millions l’année dernière, le deuxième trimestre devant être pire.

L’IAG a déclaré avoir réduit la capacité de transport de passagers pour avril et mai de 94 % par rapport à la même période l’année dernière.

Le directeur général de la BA, Alex Cruz, a mis en garde le mois dernier contre les conséquences pour la compagnie aérienne après que la pandémie de coronavirus ait éviscéré la demande.

Ces dernières semaines, elle n’a exploité des vols que pour les déplacements essentiels et le rapatriement des touristes bloqués à l’étranger.

Le transporteur, qui compte environ 45 000 employés, dont quelque 4 000 pilotes et 16 500 membres d’équipage de cabine, a déjà licencié près de 23 000 personnes.

Brian Strutton, secrétaire général du syndicat British Airline Pilots’ Association (Balpa), a qualifié l’annonce de mardi de « boulon sortant de nulle part », notant que BA avait précédemment suggéré « qu’elle était suffisamment riche pour faire face à la tempête Covid-19 et qu’elle refusait tout soutien gouvernemental ».

« Balpa n’accepte pas que ces pertes d’emplois soient justifiées et nous nous battrons pour les sauver toutes », a déclaré M. Strutton sur le compte Twitter du syndicat.

Une charge exceptionnelle de 1,3 milliard de dollars, résultant, selon le GIC, de « l’inefficacité » de ses couvertures sur le carburant et les devises étrangères pour le reste de l’année, pèse encore sur le GIC.

L’IAG, qui a déclaré que les résultats détaillés du premier trimestre seraient publiés le 7 mai, a ajouté que son résultat d’exploitation de janvier-février était similaire à celui de cette période de 2019, malgré la suspension des vols vers la Chine à partir de la fin janvier en raison de l’impact du virus dans ce pays.

Le groupe a réitéré ses orientations de février selon lesquelles « étant donné l’incertitude sur l’impact et la durée de Covid-19, l’IAG ne fournit pas actuellement d’orientation sur les bénéfices pour 2020 » dans son ensemble.

« Toutefois, le groupe s’attend à ce que sa perte d’exploitation au deuxième trimestre soit nettement plus importante qu’au premier trimestre », étant donné les retombées du virus, a déclaré le directeur financier Stephen Gunning dans le communiqué.

La pandémie – et les restrictions de voyage introduites pour la combattre – ont porté un coup énorme à l’ensemble du secteur de l’aviation, laissant de nombreux transporteurs dans une situation financière difficile et annonçant des licenciements.

Le magnat britannique Richard Branson a averti que sa compagnie aérienne Virgin Atlantic, qui appartient en partie à l’État, pourrait s’effondrer et il serait à la recherche de nouveaux investisseurs après avoir échoué à convenir des conditions de prêt avec le gouvernement britannique.

Pendant ce temps, la compagnie aérienne britannique EasyJet a récemment obtenu un prêt de 600 millions de livres (1 milliard de dollars) du gouvernement, qui traite avec les transporteurs au cas par cas.

Grégoire

Grégoire

38 ans, séparé et papa d’un petit garçon nommé Nathan je suis un journaliste de presse écrite, fortement orienté vers l’humain, l'économie et la Chine. Je suis titulaire de la carte de presse 109543, depuis 2008.

Related Posts

Israël doit « abandonner les menaces d’annexion » : l’envoyé de l’ONU

Israël doit « abandonner les menaces d’annexion » : l’envoyé de l’ONU

Coronavirus : le réseau ferroviaire britannique ajoute des trains au milieu des soucis de surpopulation

Coronavirus : le réseau ferroviaire britannique ajoute des trains au milieu des soucis de surpopulation

Alerte : l’Allemagne découvre un autre groupe d’abattoirs après avoir assoupli le verrouillage des coronavirus

Alerte : l’Allemagne découvre un autre groupe d’abattoirs après avoir assoupli le verrouillage des coronavirus

Numéro 0098 : Les Nations unies voient une croissance tirée par les exportations en Europe de l’Est (édition imprimée)

Numéro 0098 : Les Nations unies voient une croissance tirée par les exportations en Europe de l’Est (édition imprimée)

Catégories